Esprit de Clocher... à Partager !

1940 vue d'avion

L'IGN propose sur son site plusieurs vues ariennes du village (site Géoportail, saisir "rarecourt" puis aller sur le bouton "remonter le temps"). Ci dessous un aperçu du centre du village en 1940.{jcomments on}

IGN 1940 centrevillage

Eglise de Rarécourt, une acoustique remarquée

IMG 0418Le Festival de Musique de Chambre en Argonne a choisi l'église de Rarécourt pour 2 concerts les 21 et 25 juillet 2015. Des musiciens d'exception, habitués aux plus grandes salles internationales (orchestre royal philarmonique de Stockholm et de Londres, Arnold Hall de New York...) ont interprétés diverses oeuvres de  Strauss et Beethoven. Très rarement jouées, les "Metamorphoses" de Richard Strauss pour septuor à cordes ont même fait l'objet d'un enregistrement ! Arthur BEDOUELLE (Philarmonique d'Oslo) considère en effet que l'église de Rarécourt rivalise avec des salles de grande renommée pour son acoustique, parfaitement adaptée aux orchestres de chambre notamment.

 La biographie des musiciens laisse rêveur.  Qui aurait pu imaginer que l' "Eglise de Rarécourt" apparaisse un jour sur la liste de leurs prestigieuses salles de concert ?

Un grand Merci aux organisateurs : Association Fête Musicale de la Forêt, à Bellefontaine,

 

Un rappel du programme à Rarécourt en 2015 :

illustration la france romantique 1«La France romantique»

  • Le 21 juillet 2015 à 20h30

«Strauss: portrait d'un génie»

  • Le 25 juillet 2015 à 20h30
 
 
Organisateur
  • Association de la fête musicale de la forêt

    03.29.88.26.08

Tarifs
  • Plein tarif : 12.00 €
  • Jeunes (Pour les - de 16 ans) : gratuit

La halle Champêtre en 1998

barnum1.JPGEn 1988, las de subir les intempéries lors des "14 juillet", pluie ou  "chaud soleil", en accord avec le Conseil Municipal il fut décidé de faire une structure démontable. Ce qui fut fait avec quelques poteaux téléphoniques et tubes d'acier (offerts par M. Morvan) et deux grandes bâches. L'ensemble monté ét démonté par des bénévoles et cela pendant près de 10 ans.

La structure rebaptisée "barnum" était généralement placée le long du chemin d'accés aux prairies. Le terrain de tennis devenant une immense piste de danse !

 
 
halle_constr2.JPGPuis manquant de plus en plus de bras, Gilbert Suy eut l'idée de faire construire une halle ouverte sur 2 côtés (en L) avec sanitaires. En 1997 au Conseil Municipal, de délibération en délibération, il fut décidé la mise en oeuvre de l'actuelle halle. Les fondations nécessaires pour lutter contre les inondations ont dû être pensées, l'orientation initiale du bâtiment a dû être revue, enfin l'ouverture d'un côté (côté pignon avant) a été abandonnée afin de augmenter la surface de la salle intérieure.halle_constr1.jpg
 
Nous avons donc imaginé petit à petit de nombreuses évolutions sur le projet initial avant que l'entreprise Drouet ne se lance dans les travaux de fin 97 à mai 99. Souhaitant obtenir halle_constr3.JPGune bâtisse s'intégrant au mieux avec le cadre argonnais, nous avons tenu à construire la charpente avec des chablis de chêne provenant de la forêt de Rarécourt et valoriser quelques poutres de récupération d'anciennes granges (appartenant à Hubert Fagot). De nombreuses heures de bénévolats ont permis d'obtenir le niveau de finition actuelle.
Enfin, les éléments de cuisine ont pu être installés à partir de surplus de l'armée.
 
La salle fut inaugurée, en 1999 par un premier mariage (Adeline Walter et Frédéric Louis).
 
Depuis la salle est trés prisée pour recevoir les manifestations associatives et familiales. Elle se prète trés bien également à l'organisation d'expositions (ci-dessous: le marché de Noël de décembre 99)
 
 
En 2007, Christophe Danloup  a aménagé la fermeture d'une partie du préau afin de réserver un espace tempéré entre la salle et les toilettes.
halle_constr4.JPG
 

 
 
En 2019, la halle champêtre fêtera ses 20 ans. Certaines poutres en ont plus de 300 !
halle_carrelage.JPGquelques photos (d'un album encore plus fourni) - Maurice Pethe  halle_noel.JPG
 

La reconstruction de 1920

{jcomments on}

Le CAUE (Conseil d'Architecture, d'Ubanisme et de l'Environnement) a publié en 2007, un ouvrage intitulé :

La reconstruction des années 1920 en Meuse : Un patrimoine à protéger.

Ce document est disponible à la CODECOM de Clermont.

Bien que (miraculeusement !) peu concerné dans notre village, le bilan suivant vaut d'être rappelé :

destruction_1914.gifParce qu'elle a utilisé une artillerie alimentée par des munitions produits en quantités industrielles, la première Guerre Mondiale a causé des ravages sur le territoire comme jamais aucune auparavant.

Devant l'ampleur des destructions, l'Etat français prend trés vite conscience des difficultés qui attendent la population après le conflit : une loi de finance prévoyant le droit individuel à une réparation des dommages subis pour faits de guerre est votée dès décembre 1914, ses modalités seront définies en 1919 sur la répartition des dommages de guerre.

En France, les dégats d'étendent sur un dizaine de départements (Nord, Pas de Calais, Somme, Oise, Aisne, Ardennes, Marne, Meuse, Meurthe et Moselle et Vosges)

En Meuse, un tiers du département n'est plus qu'un champ de ruines. 334 communes sont dévastées. Plus de la moitié des bâtiments d'avant guerre est à reconstruire !

Rarécourt, avec quelques dommages localisés, échappe de peu à cette destruction quasi totale touchant pourtant des villages proches.

(sur la carte, en noir : les villages totalement en ruine. En nuances de gris : les villages partiellement détruits)

 

 

village_detruit.jpgAvant de pouvoir recontruire, il faut faire face à l'urgence : remettre le sol en état, délimiter la zone rouge (zone impropre à toute nouvelle utilisation), recréer toutes les infrastructures et réseaux nécessaire, retrouver les limites parcellaires, etc...

 

L'Eau propre...proprement !

 
fontaine rue hauteLe 1er avril 1955, l'eau a coulé pour la première fois sur la "pierre à eau" de nos cuisines. Ce n'était pas un poisson d'Avril puisqu'elle coule toujours non seulement sur nos éviers, mais dans nos salles de bain et autres commodités... 
 
L'eau de Seloure alimentait auparavant neuf fontaines réparties dans chaque rue.  En 1955, on a utilisé la conduite originale, toujours en parfait état, que l'on a déviée vers la station de pompage construite au lieu dit "au dessus de la Vallée". L'eau brute parvenait donc toujours sans dépense d'energie dans une réserve située au dessous de la station.
 
  1955-1987 : l'eau était filtrée sur une colonne de sable à passage rapide puis stérilisée à l'Ozone.
 
 
 
 
 
filtre tangentiel sur céramique1987-1994 : Une unité de microfiltration tangentielle a été mise en oeuvre. Les bactéries et diverses microparticules de plus de 0,4 micron étaitent ainsi éliminées de l'eau brute, une adjonction infime de chlore permettant ensuite un stockage stérile dans le chateau d'eau (120 m3) situé au bord de la route de Ville.
Filtre rapide sur colonne de sable1994-2006 : abandon de la filtration tangentielle (filtres en céramique trop souvent colmatés) pour revenir à une nouvelle untié de filtration rapide sur colonne de sable.
 
2006 à aujourd'hui : mise en place d'une unité de "spirofiltration" en amont de la station
 
 
 
 
SpirofiltrationLa spirofiltration lente sur sable offre une eau claire en sortie quelque soit le niveau de turbidité (quantification du trouble) de l'eau. Ce procédé s'avère particulièrement adapté à notre source qui, quelques jours par an, tend à se "colorer" après de fortes précipitations. Le brevet déposé par la société Aquatrium illustre bien son slogan "l'eau propre, proprement". L'eau brute passe trés lentement  et à six reprises sur près de 1m de sable avant de rejoindre la station. La filtration est rendue particulièrement efficace grâce à l'action mécanique du sable qui retient les micro-particules et l'action biologique de l'imposante masse filtrante (assez comparable aux filtres d'aquarium).
 
 
 
 
 
 
Après de fortes pluies le résultat est  spectaculaire! (voir la photo ci-dessus, à gauche eau brute puis progressivement vers la droite : eau claire !). Un nettoyage périodique du filtre est bien sûr nécessaire pour évacuer les sédiments déposés. Nos agents communaux y consacrent quelques heures tous les mois environ.
arrivée d'eau brute après de fortes précipitations
 ​
 

 pompe renvoyant l'eau traitée vers le chateau d'eau

La Mairie avant 1846

 montagefin.jpgA quoi pouvait donc bien ressembler cette ancienne bâtisse, faisant office de mairie et d'école des garçons jusqu'en 1846 ou 1847 ? Un bâtiment tout en longueur, partant des escaliers de l'église, dans l'alignement de la rue Basse.

Nul doute que la vue depuis l'actuelle rue de l'eglise était bien différente ! Quelques éléments de démollition (vieille pierre ou poutre de chène) ont-ils été réutilisés dans de nouvelles constructions ?

Nous n'aurons probablement jamais de réponse. A moins qu'une toile peinte par un artiste local nous lève quelques secrets ?

Pour l'heure, un peu d'imagination et quelques montages photos nous permettent de remonter le temps... à notre guise !

montage_rue_de_lasalle_cot_rue_haute.jpg

Ci-contre, les maisons d'habitation qui jouxtaient le mur de l'Eglise, rue de la salle.  L'actuelle mairie bien sûr n'existait pas. Seul le four à pain était déjà là et au fond, l'arrière de l'ancienne mairie-école.

rarcourt_1842.jpgCi-contre, une vue aérienne Vue aérienne probable.

Il conviendra d'imaginer qu'elle fut prise à partir d'une Montgolfière (née en 1783) et non d'un avion (né en 1890)

 On remarquera que l'actuelle mairie était bien absente et que, conformément au cadastre de 1843 (voir l'article sur la naissance de notre actuelle mairie) , la rue de la salle formait un cul de sac !

 Le photo-montage permet d'imaginer le passé. Il peut aussi  permettre d'imaginer l'avenir. A quoi pourrait ressembler Rarécourt en 2050 ? Notre site Internet peut reccueillir vos propositions !

Photo-montage : Pascal Fossier