Esprit de Clocher... à Partager !

Visiter

Le maître-autel de l'église Saint Amant de Rarécourt et son retable, classés au Monuments Historiques, proviendraient de l'ancienne abbaye de Beaulieu-en-Argonne (10km).

L'ensemble daté du début du 18e siècle a été restauré dans les années 2002-2003.

L'encadrement du retable en bois doré est d'une facture plutôt baroque avec ses colonnes torsadées peintes en imitation marbre surmontées de chapiteaux corinthiens, ses guirlandes de fleurs et ses « pots à feu ».

eglise rarecourt maitre autel detail1Le tableau aux dimensions imposantes (8mx6m) représente l'épisode de la Pentecôte qui correspond à la descente de l'Esprit Saint sur les disciples de Jésus.

Dans cette scène, on voit Marie presque au centre entourée des apôtres. L'Esprit-Saint est représenté sous la forme d'une colombe dans un halo de lumière et chaque disciple reçoit l'Esprit sous la forme d'une flammèche.

Un seul personnage est face au spectateur; il pourrait être le commanditaire du tableau.

eglise rarecourt maitre autel detail2

Sous le tabernacle et derrière l'autel, « l'antependium » est orné d'une peinture sur bois figurant l'adoration de l'Agneau Mystique.

eglise rarecourt antependium

Ce thème est un classique de l'Histoire de l'art. L'agneau est un des nombreux symboles désignant Jésus-Christ car il représente l'animal du sacrifice qui va supprimer les péchés des Hommes.

Dans le livre de l'Apocalypse de Jean au chapitre 5, l'apôtre décrit une vision fantastique :

« Et je vis, au milieu du trône et des quatre êtres vivants et au milieu des vieillards, un agneau qui était là comme immolé. Il avait sept cornes et sept yeux, qui sont les sept esprits de Dieu envoyés par toute la terre. Il vint, et il prit le livre de la main droite de celui qui était assis sur le trône.

Quand il eut pris le livre, les quatre êtres vivants et les vingt-quatre vieillards se prosternèrent devant l'agneau, tenant chacun une harpe et des coupes d'or remplies de parfums qui sont les prières des saints. Et ils chantaient un cantique nouveau, en disant : Tu es digne de prendre le livre et d'en ouvrir les [sept] sceaux ; car tu as été immolé, et tu as racheté pour Dieu par ton sang des Hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation ; tu as fait d'eux un royaume de sacrificateurs pour notre Dieu, et ils régneront sur la terre. » (versets 6 à 10).

L'agneau est allongé sur un livre fermé par sept sceaux posé sur un autel. Il est entouré de deux anges priant et se prosternant. La scène est encadrée de cornes d'abondance regorgeant de blés et de raisins qui symbolisent le pain et le vin de l'Eucharistie.

Retour 

Ecrit par Marianne Amory avec le concours de Gilbert Suy

Clichés de Marianne Amory