Esprit de Clocher... à Partager !

ER 04/03/18 Argonne PNR

Pour rappel, la commune de Rarécourt est fortement impliquée dans l'association Argonne-PNR. Les salariés occupent par ailleurs  les bureaux situés au premier etage de la mairie.

Ci-dessous l'article paru sur l'Est Républicain du Dimanche 4 mars 2018.

Argonne - Environnement Parc naturel régional : un projet au long cours

Le Parc naturel régional d’Argonne verra-t-il le jour dans les années à venir ? Sous quelle forme ? Face à ces questions, les représentants d’Argonne PNR ont décidé de présenter leur travail et les enjeux pour le territoire.

photo aimontOlivier Aimont est conscient que le projet d’origine a pris du retard. En revanche, il est convaincu que l’Argonne aura son PNR dans les années à venir.

Il y a quinze mois, Olivier Aimont, président d’Argonne-PNR confiait vouloir la création du Parc naturel régional à l’horizon 2020. « Ce ne sera malheureusement pas le cas. Nous avons été rattrapés par certaines réalités économiques et politiques. Nous avons envisagé il y a quelques mois d’arrêter notre projet. Nous avons souhaité prendre du recul pour lui donner un souffle nouveau. Mais, aujourd’hui, nous n’envisageons plus l’abandon du projet suite aux différents soutiens reçus », observe-t-il.

Face aux changements politiques, notamment la nouvelle grande région, les bénévoles ont revu et retravaillé leur dossier pour qu’il réponde aux besoins et aux ambitions d’un territoire. « Ce parc doit s’inscrire autour des principales valeurs de l’Argonne, de notre histoire, admet le président. Il doit se construire avec notre identité. »

En raison de ces aléas, l’association a décidé de ne plus marcher seule. « Nous devons porter une dynamique de travail commune. » Celle-ci doit s’appuyer sur un « label porté par les décideurs locaux, comme les intercommunalités afin de créer une dynamique et la Région pour imaginer ce que deviendra le futur projet. »

Des partenariats à développer

L’autre versant concerne le volet financier. « Nous devons imaginer comment le projet peut être travaillé avec nos partenaires locaux et économiques afin qu’il soit dans les clous économiquement parlant. » En effet, pour un PNR, le nombre de salariés est d’une quarantaine. « De notre côté, nous envisageons des besoins moindres pour que le PNR soit accepté et accompagné du mieux possible. »

Face à ces équations aussi difficiles économiquement et politiquement, les bénévoles de l’association en lien avec les partenaires locaux ont décidé de travailler sur la marque « Argonne ». « Elle serait un levier de dynamisme primordial en parallèle d’un projet de territoire ambitieux pour cette année 2018 afin d’œuvrer autour des différentes actions qui seraient mises en place, un moment charnière indispensable. Nous devons mettre en avant le côté socio-économique de notre territoire dans le cadre de son plan. » Cependant, des arbitrages sont attendus.

En raison de ces contraintes, les bénévoles d’Argonne-PNR ont décidé de prendre leur temps pour valider ce fameux projet qui prend davantage de temps qu’envisagé au départ. « Ne pas confondre vitesse et précipitation », tel est le nouveau leitmotiv. « On ne crée pas un PNR, on le devient », renchérit le président.

« Notre territoire répond à toutes les caractéristiques d’un parc naturel régional. Il doit être soutenu et accompagné », conclut Olivier Aimont. « Cela prendra le temps qu’il faudra. »

Deux axes, dix projets à mettre en place

L’association Argonne PNR a décidé de travailler autour de deux axes prioritaires afin que ce projet de parc régional puisse voir le jour dans les années à venir comme souhaité par les bénévoles.

Axe 1 : Un parc naturel régional pour l’Argonne

Volet 1 : Animer la destination Argonne

Projet 1 : grande traversée de l’Argonne 2018

Projet 2 : carte touristique

Projet 3 : application de découverte touristique

Volet 2 : Œuvrer en faveur de la reconnaissance territoriale de l’Argonne

Projet 4 : une marque territoriale

Projet 5 : une zone atelier CNRS

Projet 6 : un label PNR

Axe 2 : Projet « Territoire Argonne »

Volet 3 : Mettre en place un projet territorial intercommunal

Projet7 : animation de la concertation locale

Volet 4 : Valoriser le travail local à l’échelle régionale et nationale

Projet 8 : participation aux groupes de travail régionaux

Projet 9 : participation aux groupes de travail nationaux

Projet 10 : portage d’actions définies dans le cadre du projet de territoire

Quel avenir pour le PNR d’Argonne ?

Pierre-Olivier Dallé, délégué au dispositif d’accompagnement local, conseille l’association pour les échéances à venir. Photo F.L.

Pierre-Olivier Dallé, délégué au dispositif d’accompagnement local, accompagne l’association depuis quelques semaines.

Il est convaincu que le projet de PNR peut aller à son terme à condition de prendre le temps de la réflexion, de l’analyse des besoins, de travailler en réelle collaboration avec les acteurs du secteur.

  Cohérence du territoire

« C’est l’objectif principal de ce projet. Les acteurs doivent continuer à travailler, tout en réfléchissant à la forme que doivent prendre les actions et l’organisation en ce qui concerne la gouvernance (parties prenantes, travail avec les pouvoirs publics…). Tenir compte de la réalité politico-économique du moment est malheureusement très difficile à analyser. »

  Difficultés

« Économique : est ce que l’association aura les moyens de ses actions ? Comment financer le pilotage de ces actions ? Comment organiser la coordination avec les acteurs. D’organisation : quelle représentativité pour tous ces acteurs ? De communication : quelle lisibilité possible pour l’association ? Que vaut la marque Argonne ? »

  Les clés de réussite

« La richesse particulière de l’association avec une motivation sans faille des bénévoles ; la professionnalisation en cours de l’association ; la cohérence du projet ; la sécurisation du projet qui s’est structuré au fil des années. »